Poupée Fantasme

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Poupée FantasmeTexte fictif, écrit pour mon ancien MaîtreJ’ai loué un appartement pour deux nuits. Nous voici libres pour des heures indécentes et sans aucune interruption extérieure.Nous sommes vendredi matin, je suis arrivée la veille. J’ai eu le temps de parcourir le quartier, de faire quelques courses et de m’installer. J’ai passé une nuit fiévreuse, impatiente d’être au lendemain. Ma soirée fut calme. Un bain pour me préparer. J’ai crémé mon corps en pensant à vous à chaque instant.Mes doigts parcourant mon corps m’imaginant les vôtres à la place. Nous voici le matin. Cette nuit, vous êtes libre, vous êtes mien.Vous avez décidé de passer votre journée de télétravail dans ces lieux. D’une part, vous pourrez travailler tout en vous familiarisant à l’espace et prendre ainsi possession des locaux pour satisfaire vos envies le soir. Vous avez donné des directives avant votre arrivée. Notre rencontre a été minutieusement préparée…Il est neuf heures quand vous franchissez le seuil de l’appartement. J’entends vos gestes. Vous refermez la porte à clef. Vous vous avancez dans l’entrée. J’essaie de deviner vos mouvements et d’épier le moindre son qui me donnerait des indices sur vous.Pour ma part, je suis dans la salon. Une fois le petit couloir passé, vous verrez celle qui vous attend fébrilement, au pied du canapé, en position d’exposition. Cette femme-là, à cet instant n’est aucune de celles que vous connaissez. Cette femme n’est pas vraiment humaine pour la journée. Elle est une poupée, celle-là même qu’elle aspirait à être pour vous. Tout de noir vêtue, je porte un masque en latex qui laisse mes yeux et ma bouche libres. Des mitaines qui montent au dessus des coudes, une sorte de body avec large décolleté, un pantalon et des chaussures aux talons démesurés. Le tout est en latex pour la tenue. Une poupée féminine. J’ai choisi la tenue. Pour moi. Je sais que vous auriez porté votre choix sur un autre style. Sur cela nous goûts varieront toujours.Mon décolleté laisse libre court à ma poitrine si besoin. Mon body et le pantalon ont des ouvertures qui permettent l’accès à mon intimité.Je suis à genoux, mon buste se soulevant rapidement. Mon impatience, mon excitation sont ainsi trahies. J’ai les yeux clos, les bras derrière la tête. Je n’aspire qu’à vous sentir près de moi. J’entends vos pas se rapprocher. Vous posez vos affaires sur la table basse plus à ma gauche. Le tapis épais sur lequel je suis posée camoufle votre avancée. Je ne sais plus où vous êtes…Un baiser sur mes lèvres. Un autre. Votre front contre le mien. Une larme finit par couler de mes yeux. Je vous imagine ankara escort accroupi devant moi. D’un coup, le vide. Votre voix résonne dans l’appartement silencieux. Votre ton est posé mais strict. Vous formulez mon abnégation totale pour la journée et nuit à venir. Je réponds par l’affirmative, entre envie et peur. Un terrible désir de vivre enfin une partie de nos rêves et la crainte de ne pas être à la hauteur.La séance peut commencer. Mes yeux sont d’emblée mis dans le noir par le biais d’un grand masque.J’ai pour ordre de me mettre en position d’inspection. L’exercice est périlleux avec ma hauteur vertigineuse et vous m’aidez pour cela, prenant appui sur le pied qui me porte sans difficulté.Je vous sens vous affairer non loin. Je me retrouve sous peu avec un casque sur les oreilles qui diffuse de la musique. Je ne le sais pas mais vous me parlez, mais dans cette bulle sonore, je n’entends rien et donc ne vous dis mot.Le nez bouché par la cagoule, les yeux masqués, les oreilles tournées vers des sons trop forts pour me ramener à la réalité, je perds déjà pied. Vous sentez mon déséquilibre et m’aidez à me mettre sur le canapé à quatre pattes. Je respire fort. J’essaie de na pas paniquer. J’ai une totale confiance en vous. Je me calme petit à petit.Les minutes passent…Vos doigts viennent caresser mon sexe. Je ruisselle. Je ne sais pas votre réaction, mais je sens à votre contact mon jus coller à votre main. Cette attente et cette situation me rende tout simplement dingue. Vos me pénétrez plusieurs fois, je me sens râler de plaisir. Gémir d’envie. J’essaie de ne pas bouger le bassin mais j’avoue que l’exercice est difficile.Vous me faites changer de position et je me retrouve assise au bord du canapé les jambes écartées, les mains sur les genoux paumes vers le haut.De nouveau, le temps défile. Je n’ai pas la notion des minutes qui passent. Les morceaux de musique sont longs et ne me permettent aucun repère.C’est quand je me retrouve avec votre queue entre mes lèvres que je respire à nouveau. Oui, là, étouffée par votre sexe, je me sens revivre. Vous allez et venez doucement au début. Il faut dire que je n’ai que ma bouche pour respirer. Vous vous retirez et revenez à la charge plus brutalement. Vous voyez à mon langage physique mes limites mais surtout le plaisir que je prends à être ainsi utilisée.Plus les minutes avancent et plus vous vous lâchez, à me faire tousser et sentir ma bave qui coule sur mon menton. Votre gland tape au fond et reste collé à ma gorge votre main appuyant sur ma tête. Vous ressortez et mes hauts le coeur aiguisent mon désir de vous.Plus ankara escort bayan rien… Le temps passe. Une envie d’uriner me prend. Je me contiens et attend.Sont ce mes genoux qui bougent timidement qui vous ont alerté. Vous me mettez à quatre pattes au sol. Je sens le collier qui m’est passé et la laisse s’attacher. Vous tirez dessus et me faites avancer. Je vous suis timidement car perdue et sans repères, l’exercice est somme toute ardu.Nous stoppons. Votre main pousse mon visage contre quelque chose de froid. Vous prenez ma main et me faites parcourir l’objet. Je devine la cuvette des toilettes. Vous appuyez plus sur ma joue et en pensant deviner votre envie, je sors ma langue pour laper doucement le support. Je ne le sais pas, mais vous urinez en même temps juste à côté de mon visage. Je le saurais juste après quand vous me mettrez votre queue en bouche et que le goût d’urine viendra se poser sur ma langue. Vous me laissez vous laver ainsi quelques secondes. C’est à mon tour de pouvoir satisfaire mes besoins.Assise sur la cuvette, je me laisse finalement aller à mes envies primaires, sauf que votre queue va et vient en moi tapant dans ma gorge. Je me tiens à vos cuisses.Je réalise que vous pourriez me faire faire n’importe quoi…De retour dans le salon, vous me faites m’accouder au canapé, la croupe tendue. Je reste ainsi encore un long moment, la joue posée sur l’assise. La musique passe. Mon coeur tambourine. Qu’allez vous faire ? Mon sexe palpite. Mon esprit s’échauffe. Mon âme est comblée… nous sommes l’un avec l’autre… je veux profiter de chaque instant. Je me détends à ces pensées. C’est à ce moment, encore une fois, comme si mon corps parlait tout seul, que vous décidez qu’il est temps de jouer un peu. Je ne le sais pas encore… mais vous vous êtes équipé sans me le dire. Je sens à l’entrée de mes orifices des choses froides et dures. Vos mains sont autour de mon bassin. Deux godes viennent me prendre simultanément la chatte et le cul. Un double gode ceinture… Vous attachez cela à mon bassin. Je suis remplie. Je gémis et mon corps ondule une fraction de seconde. Cela n’a pas dû vous plaire car je me retrouve de nouveau assise. Empalée sur les godes qui touche pour l’un le fond de mon vagin. Je gémis encore et c’est à ce moment là que vous me passez le baillon boule en bouche.Je commence par suffoquer. Prise de panique. Vous att****z mes mains libres et me les pressez. Je comprends qu’il me reste celles ci pour exprimer un mal être. Votre main caresse ma tête et ma joue à travers le latex. Je me pose dessus et reprends pied. Je ne suis pas escort ankara seule et je suis vôtre. Vous restez ainsi quelques instants avec moi, le temps que je me retrouve et me calme. Vous pressez encore une fois mes mains et j’acquiesce de la tête.Seule. Remplie. La bave me coule au coin de la bouche et dois tomber sur le tapis. Je patiente pleinement consciente de ma condition, ma mise et de mon excitation qui grandit tant que je pense imploser au moindre geste. Je suis feu. Je suis faim. Je désire plus que tout vous sentir en moi et jouir sous vos assauts. Mais vous n’en avez pas fini…Après une éternité, et un calme extérieur qui camoufle la tempête en moi, je vous sens de nouveau près de moi. Encore une fois, j’ai le sentiment de respirer à nouveau grâce à votre présence. Vous me faites mettre à genoux sur le canapé. Mes bras sont passés dans le dos. Vos caresses au passage de vos mains sont là pour me rassurer. Je ne suis pas encore cette poupée désarticulée. Non, pas encore. La dernière étape arrive.Vous posez un objet entre mes doigts et le faites coulisser quelques secondes… une corde. Ma tête retombe en avant d’envie, de panique… je me laisse faire. Lâcher prise total quand vous commencez à me lier. Je ne sens que vos gestes par touches. Cette fois ci vous serrez le cordage. Petite à petit je me retrouve privée de la seule liberté que j’avais. Je suis calme. Comme lors de la première fois, je touche le lien dès que je le peux, en apprécie la texture et surtout tout l’amour que j’ai pour cet homme à qui j’offre mon être totalement.Seule. Je reflue la panique pour ne garder que la passion dévorante qui me consume minute après minute. Comme pour la première fois, il me penche au bout d’un moment en avant, finissant avec la tête sur le canapé, les mains liées dans le dos. Je ne suis plus rien d’autre que son bon vouloir. Et le plus dingue c’est que je suis comblée de cela. Je me sens entière là près de vous mon MaîtreAprès ce qui me semble des heures, à être ce que vous vouliez, vous finissez par me délivrer la bouche et les orifices. Le vide que je ressens d’un coup fait presque mal. Je suis si vide que j’en ai un sanglot… transformé en cri d’extase mêlé dans la seconde quand votre queue bandée prend possession sans ménagement de ma chatte. Je jouis dans les premières secondes de votre présence en moi. Je jouis encore et encore de tout cette envie contenue. Je jouis d’avoir l’homme que j’aime et qui a pris possession de mon âme qui me laboure le sexe comme un a****l. De ma chatte vous passerez à ma fleur. Et à entendre mes râles de bonheur suprême, votre rythme effréné comble le vide ressenti. Vous me prenez si brutalement que j’en coule et gicle. Je ne suis que cris et désir. Je ne suis que jouissance physique et mentale. Mon Maître, mon Loup baise sa Louve, la marque à jamais.TalaLaLouve

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın